Écrivez-nous!


Communiqués

Présentation du rapport d'expertise de l'École polytechnique - Les coussins gonflables reconstruits sont très dangereux et non recommandables - La SAAQ lance un autre rappel

Québec, le 11 mars 2002 - Lors du déploiement, les coussins gonflables reconstruits représentent un danger important de blessures graves aux occupants d'un véhicule qui en est équipé. Voilà l'une des conclusions du rapport d'expertise préparé par des ingénieurs de l'École polytechnique de Montréal à la suite de tests commandés par la Société sur des coussins reconstruits par deux entreprises de Québec, Coussins gonflables Demers inc. et National sacs gonflables inc.

Tous les efforts nécessaires doivent être mis en oeuvre pour rappeler tous les coussins reconstruits par ces entreprises, ajoute le rapport des experts. C'est pourquoi la Société invitait aujourd'hui M. Michel Gou, directeur de l'équipe de sécurité routière de l'École polytechnique de Montréal, à présenter publiquement les observations et conclusions qui découlent des tests qu'il a menés.

La Société veut ainsi relancer le rappel amorcé en novembre dernier, car elle juge les résultats obtenus jusqu'ici nettement insuffisants. « En effet, très peu de carrossiers et de concessionnaires ont répondu à nos demandes de rétroinformation. La Société reprend donc ses interventions et communiquera de nouveau avec les personnes et les entreprises qui achetaient des coussins reconstruits », explique le porte-parole de la Société, M. Jean Desroches, chef de la sécurité et de l'ingénierie du véhicule. Les messages insisteront encore davantage sur la nécessité de remplacer le plus tôt possible tout coussin reconstruit par un coussin neuf.


En cas de remplacement : toujours utiliser un coussin neuf
« D'ailleurs peu importe qu'on doive remplacer un coussin défectueux ou déployé, notre recommandation est d'utiliser un coussin neuf », a tenu à préciser M. Desroches. « Notre position est basée sur le fait que même dans le cas de coussins usagés non déployés, c'est-à-dire des coussins recyclés, nous ne sommes pas en mesure de garantir le déploiement sécuritaire en cas d'impact », d'ajouter M. Desroches.

À cet égard, la Société souscrit d'ailleurs à toutes les mises en garde des manufacturiers automobiles, de Transports Canada et du National Highway Traffic Safety Administration qui déconseillent l'utilisation de coussins recyclés.

Ces mises en garde sont les suivantes :

  • Lorsqu'un manufacturier désire rappeler un coussin défectueux, il devient impossible d'en faire le rappel s'il n'est plus dans le véhicule d'origine.
  • Un coussin recyclé présente une fiabilité incertaine du fait qu'il a subi de nombreuses manipulations : prélèvement, inspection, entreposage, transport, pose.
  • Les livres de référence en mécanique sur la concordance de pièces ne reflètent pas assez rapidement les changements qu'un manufacturier peut apporter à ses coussins gonflables en cours d'année.

Mentionnons que le Groupement des assureurs automobiles recommande lui aussi de toujours utiliser des coussins neufs provenant du manufacturier lors d'un remplacement.

La Société de l'assurance automobile du Québec rappelle que les coussins gonflables neufs sont des dispositifs de sécurité efficaces et éprouvés. Ils offrent une bonne protection contre les blessures à la tête ou au thorax qui pourraient être mortelles ou causer des handicaps sérieux aux occupants des véhicules. D'ailleurs, l'usage combiné des coussins gonflables et des ceintures de sécurité réduit de 75 % les risques de blessures graves à la tête et de 66 % ceux de blessures graves à la poitrine.

.
.
.
Dernière modification : 2012-10-11