Écrivez-nous!


Communiqués

À compter du 20 novembre - Intensification des barrages policiers à la grandeur du Québec pour contrer l’alcool au volant

Québec, le 18 novembre 1998 - La Société de l’assurance automobile du Québec, de concert avec l’ensemble des services policiers, a procédé aujourd’hui au lancement d’une deuxième offensive provinciale contre l’alcool au volant, consistant à intensifier les barrages routiers dans toutes les régions du Québec.

Ainsi, à compter du 20 novembre et des semaines qui suivront, période ponctuée de plusieurs partys des fêtes, la Sûreté du Québec, l’Association des directeurs de police et pompiers du Québec (ADPPQ) et le Service de police de la Communauté urbaine de Montréal (SPCUM), intensifieront le contrôle sur les routes. Les services policiers visent à intercepter 120 000 conducteurs à travers le Québec pour subir un contrôle sur l’alcool. Lors d’une opération identique au printemps dernier, 112 000 automobilistes avaient été interceptés.

En conférence de presse, les représentants des services policiers sont venus, tour à tour, réitérer leur engagement dans cette opération majeure visant à contrer l’alcool au volant. D’ailleurs, il est démontré que la tenue répétée de ce genre d’offensive augmente chez l’automobiliste la crainted’être arrêté et entraîne chez lui un changement de comportement.

Ce type d’opération policière est largement appuyé par la population. Un sondage mené récemment par la Société révèle que 95 % des Québécois et Québécoises favorisent l’accroissement de la surveillance policière visant à intercepter les conducteurs en état d’ébriété.

De son côté, la vice-présidente à la sécurité routière à la Société de l’assurance automobile du Québec, Mme Louise Guimond, a tenu à remercier l’ensemble des services policiers pour leur engagement, essentiel à la réussite de cette opération. Elle a rappelé que l’alcool au volant est un véritable fléau. « Malgré les progrès accomplis au cours des dernières années, l’alcool est encore responsable de la grande part des décès sur nos routes. En 1997, il a laissé dans le deuil 350 familles québécoises et a causé des blessures à environ 8 000 personnes. C’est encore beaucoup trop, d’indiquer la porte-parole de la Société. » Malgré tous les efforts de sensibilisation et les mesures législatives, l’alcool est présent chez 43 % des conducteurs décédés. C’est surtout chez les 25-44 ans, particulièrement chez les hommes, que l’on constate les plus hauts taux d’alcool.

Madame Guimond a enfin invité chaque automobiliste à adhérer à un double engagement : de ne jamais conduire après avoir consommé de l’alcool et surtout oser intervenir auprès des gens qui ont trop bu pour les empêcher de prendre le volant. « Ainsi, nous contribuerons personnellement à enrayer la souffrance causée par la perte d’un être cher. La vie ne vaut-elle pas un peu d’insistance? a-t-elle conclu. »

Pour soutenir cette opération, la Société de l’assurance automobile a fait produire un feuillet de sensibilisation sur l’alcool au volant qui sera remis par les policiers aux automobilistes interceptés. En plus des panneaux d’affichage « L’alcool au volant, ça s’arrête ici » installés au printemps dernier dans 500 municipalités du Québec, les écrans d’affichage électronique du grand Montréal véhiculeront aussi ce slogan. La Société a également commandité la rediffusion de l’émission intitulée « Savez-vous boire » sur le réseau TVA, le 17 décembre, de 19 h à 20 h.

.
.
.
Dernière modification : 2012-10-11