Écrivez-nous!


Communiqués

Les ampoules de remplacement teintées : interdits par le Code de la sécurite routière

Québec, le 22 janvier 1998 - La Société de l’assurance automobile du Québec, devant l’utilisation de plus en plus répandue « d’ampoules de remplacement teintées », tient à informer les propriétaires de véhicules routiers que ce type d’ampoules enfreint l’article 215 du Code de la sécurité routière qui stipule qu’un véhicule doit être muni de deux phares blancs à l’avant.

Les systèmes d’éclairage et les ampoules des véhicules routiers sont soumis aux dispositions du Code de la sécurité routière du Québec et du Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles de Transports Canada. Des ampoules de remplacement produisant un faisceau de lumière bleu ou vert sont couramment vendues dans la plupart des commerces spécialisés. Un traitement à la surface d’une ampoule conventionnelle permet d’obtenir un faisceau coloré. L’utilisation d’ampoules de remplacement produisant une lumière autre que blanche, et bien souvent de puissance supérieure au 55-65 watts prescrits, contrevient aux exigences réglementaires. Le propriétaire dont le véhicule ne se conforme pas à l’article 215 du Code de la sécurité routière commet donc une infraction et est passible d’une amende de 100 à 200 $.


Véhicules équipés en usine de phares GDLS
La situation est différente dans le cas de véhicules qui sont « équipés en usine de phares GDLS ».Il ne s’agit pas ici d’ampoules conventionnelles dont la surface a été traitée, mais bien d’un type d’éclairage entièrement différent. Connu sous le nom anglais de « gaseous discharge light source (GDLS) », ce type d’éclairage utilise non pas un filament métallique pour produire de la lumière, mais bien un gaz ionisé obtenu par le passage d’un courant électrique de 28 000 volts entre deux électrodes. La lumière blanche ainsi produite est légèrement bleutée.

Les phares GDLS correspondent à toutes les Exigences du Règlement sur la sécurité des véhicules, notamment la définition technique de lumière blanche, et peuvent donc être utilisés en toute légalité sur le réseau routier.

.
.
.
Dernière modification : 2012-10-11