Écrivez-nous!


Communiqués

Plus tu roules vite, moins tu as le contrôle - Lancement de la nouvelle campagne visant les jeunes conducteurs de 16 à 24 ans

Québec, le 25 septembre 2002 - S'adressant aux jeunes conducteurs de 16 à 24 ans, la Société de l'assurance automobile du Québec a lancé aujourd'hui la campagne « Plus tu roules vite, moins tu as le contrôle ». Les jeunes conducteurs sont surreprésentés lors d'accidents avec dommages corporels et comptent parmi ceux qui reçoivent le plus de contraventions pour excès de vitesse. Par ailleurs, ils sous-estiment le risque de la conduite automobile et surestiment leurs habiletés au volant.

La campagne comprend donc la diffusion d'un message publicitaire au cinéma et à la télévision, un site Internet et de l'affichage. De plus, plusieurs services policiers visiteront les écoles secondaires et les cégeps pour sensibiliser les jeunes.


Pas seulement une question de reflexes
Pour rejoindre les jeunes conducteurs, ce nouveau message publicitaire sera diffusé sur les ondes de TQS et de Musique Plus ainsi que sur plus de 250 écrans des cinémas Cinéplex Odéon partout au Québec, du 27 septembre au 24 octobre prochains.

Le but de la campagne est de faire comprendre aux jeunes que le contrôle n'est pas seulement une question de réflexes. En effet, même s'ils se disent d'excellents conducteurs, ils oublient que la vitesse réduit indéniablement leur contrôle puisque, comme tout le monde, ils n'échappent pas aux lois de la physique. La publicité met en scène un jeune homme très agile et physiquement en pleine possession de ses moyens qui court de plus en plus rapidement. Il contrôle magnifiquement sa course jusqu'au moment où l'on comprend l'analogie avec un automobiliste dont la trop grande vitesse réduit dramatiquement la marge de manoeuvre.

Plus on roule vite, moins on a le contrôle. En effet, plus on roule vite, moins notre véhicule a de l'adhérence, plus la distance d'arrêt est longue, moins notre champ de vision est large et plus la violence de l'impact est grande. « Dans l'ensemble, les jeunes conducteurs de 16 à 24 ans sont d'aussi bons conducteurs que les autres, mais ils sont moins expérimentés et plusieurs sont enclins à prendre des risques. Ils ne pourront jamais défier les lois de la physique au volant ni contrôler tout ce qui se passe sur la route », a déclaré monsieur Jacques Brind'Amour, président-directeur général de la Société de l'assurance automobile du Québec.


Des chiffres qui parlent d'eux-mêmes
Les jeunes conducteurs ne possèdent que 11 % des permis de conduire, mais représentent 23 % de tous les conducteurs impliqués dans des accidents avec dommages corporels, alors qu'ils parcourent un kilométrage annuel moyen inférieur à celui des autres groupes de conducteurs. En 2000, 14 012 jeunes conducteurs ont été impliqués dans des accidents avec dommages corporels.

Au tableau des infractions, les jeunes conducteurs dominent aussi. En effet, les plus récentes statistiques (1998-2000) démontrent que les jeunes de 16 à 24 ans commettent 22 % des infractions pour excès de vitesse, 40 % des infractions pour grands excès de vitesse (ceux qui dépassent de 45 km/h et plus la limite permise) ainsi que 45 % des infractions pour vitesse ou action imprudente (article 327 du Code de la sécurité routière).


Des moyens complémentaires
En complément au message publicitaire, un site Internet (www.ralentissez.com) est aussi en ligne. Ce site explique, entre autres, les lois implacables de la physique. De plus, des affiches seront diffusées dans les réseaux Zoom et Newad, dans les cégeps et les polyvalentes, faisant ainsi un rappel de la campagne publicitaire.

À l'intention des services policiers, la Société a également préparé des feuillets d'information portant le thème de la campagne. Ces feuillets pourront être remis aux jeunes dans le cadre d'opérations de sensibilisation. « Avec ce feuillet, nous fournissons ainsi aux policiers les outils nécessaires pour qu'ils amorcent un dialogue avec les jeunes sur les risques de la vitesse au volant, en espérant que nos efforts communs serviront à sauver plusieurs vies », a conclu monsieur Brind'Amour.

.
.
A  •  A+  •  A++   •Imprimer    •Envoyer à un ami  
.
Dernière modification : 2012-10-11