Écrivez-nous!


Communiqués

Île-de-Montréal - Campagne de sécurité routière pour diminuer le nombre de victimes piétons

Québec, le 21 septembre 1998 - La Société de l’assurance automobile du Québec, de concert avec le Service de police de la Communauté urbaine de Montréal, a procédé aujourd’hui, à Montréal, au lancement d’une importante campagne de sécurité routière destinée aux piétons, et axée principalement sur l’importance de traverser aux intersections. Les actions de la campagne se dérouleront en majeure partie sur l’Ile-de-Montréal, où se retrouve près de la moitié de l’ensemble des victimes piétons au Québec, qui se chiffrent à près de 4 000 par année.

Depuis 1992, le bilan s’améliore. Pour la première fois en 1997, le bilan des piétons s’est situé sous la barre des 4 000 victimes. En conférence de presse, le président-directeur général de la Société de l’assurance automobile du Québec, M. Jean-Yves Gagnon, a indiqué : « Nous sommes sur la bonne vole, mais nous devons poursuivre nos actions pour réduire le nombre de victimes piétons. Il y a encore trop de piétons qui meurent ou qui sont blessés chaque année. Les piétons occupent toujours le deuxième rang de l’ensemble des victimes de la route. Pour plus de 100 d’entre eux, l’accident est fatal ».


Les aînés surreprésentés
Les bilans routiers font ressortir, année après année, la surreprésentation des victimes piétons dans la région de Montréal. Celles-ci se retrouvent principalement chez les personnes âgées. « Avec le vieillissement de la population, la situation devient de plus en plus préoccupante pour les personnes âgées toujours surreprésentées dans le bilan des victimes piétons, notamment sur l’Ile-de-Montréal. C’est pourquoi, à compter de maintenant, nos actions seront davantage dirigées vers les aînés », de souligner M. Gagnon.

Selon les statistiques de la Société de l’assurance automobile du Québec, dans la région de Montréal, 90 % des accidents mortels ou avec blessés graves impliquant des piétons se produisent au moment où la personne traverse la chaussée. Le piéton peut se retrouver rapidement en danger s’il adopte un comportement à risque. Dans 70 % des cas, c’est le piéton qui enfreint le Code de la sécurité routière ou les règles de prudence.


Campagne d’affichage et activités éducatives
Du 21 septembre au 31 octobre, une série de moyens sont prévus pour sensibiliser les piétons à la sécurité, dont une campagne d’affichage dans les couloirs du métro et sur les côtés des autobus, des interventions policières auprès des piétons et des automobilistes et des activités éducatives en milieu scolaire. Fait à noter, du 5 au 23 octobre, quelque 40 intersections parmi les plus achalandées de Montréal feront l’objet d’interventions de la part de l’escouade des carrefours. Cette brigade, composée d’un policier du SPCUM et de deux animateurs, rappellera aux enfants l’importance de traverser aux intersections et de respecter la signalisation. Cette escouade en sera à sa deuxième année de participation. Dans le cadre de l’Halloween, la Société sensibilisera près de 600 000 jeunes du primaire à la sécurité en distribuant du matériel pédagogique dans quelque 2 300 écoles du primaire.

De son côté, M. Jacques Lelièvre, chef de section à la sécurité routière au Service de police de la Communauté urbaine de Montréal, a indiqué que durant cette campagne, les interventions policières se traduiront par des activités éducatives auprès des jeunes et des barrages routiers afin de sensibiliser les automobilistes à l’importance de respecter les piétons et les règles de circulation.

De son côté, le Dr Jean-François Chicoine, urgentologue à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal, a insisté sur la fragilité des piétons et les conséquences souvent dramatiques que vivent les familles à la suite d’un accident d’automobile impliquant de jeunes piétons.

Enfin, M. Anthony Di Monte, responsable de la région Ouest à Urgences santé, a mentionné: « La corporation d’Urgences santé ne peut que s’associer entièrement dans cette campagne piétons 1998 de la Société de l’assurance automobile du Québec. En tant que premiers intervenants sur les scènes d’accidents, malheureusement trop nombreux et qui touchent majoritairement nos ainés, soit 300 personnes de 60 ans et plus durant la dernière année, nous ne pouvons qu’insister sur l’importance des conseils de prudence ».

.
.
A  •  A+  •  A++   •Imprimer    •Envoyer à un ami  
.
Dernière modification : 2012-10-11