Écrivez-nous!


Communiqués

Prévoyez le coup! - Lorsqu’on boit, on ne conduit pas

Québec, le 29 avril 2004 - La Société de l’assurance automobile du Québec poursuit ses actions pour contrer la conduite avec les facultés affaiblies. C’est dans cet esprit qu’elle lance aujourd’hui sa nouvelle publicité télévisée « Prévoyez le coup! Lorsqu’on boit, on ne conduit pas. » D’une durée de 30 secondes, cette publicité sera mise en ondes à compter du lundi 3 mai, et ce, pendant six semaines. Parallèlement à la campagne télévisée, les services policiers du québec mèneront une période intensive de contrôles routiers, du 1er mai au 1er juin.


Publicité télévisée
Cette nouvelle publicité met en scène un groupe d’amis qui consomment de l’alcool après un souper bien arrosé. Soudain, François semble vouloir quitter, ses clés de voiture à la main. Silence immédiat : tout le monde arrête de parler et la musique cesse. François rassure rapidement ses amis et les avise qu’il a prévu coucher sur place. Il veut seulement aller chercher ses effets personnels dans la voiture. Grand soulagement : la fête peut se poursuivre. Ses amis l’auraient empêcher de partir avec son véhicule, mais François avait déjà prévu le coup! Si on a l’intention de boire, il faut prévoir avant de commencer à consommer le moyen à privilégier pour ne pas conduire : voilà le message à retenir.

La stratégie de promotion de 2004 conclut les actions mises de l’avant au cours des campagnes des années 2000 qui misaient sur l’intervention de l’entourage du consommateur d’alcool pour l’empêcher de conduire. Ainsi, ce type de comportement peut désormais être présenté comme un réflexe, voire comme une norme sociale.

La nouveauté cette année : on remet la responsabilité du conducteur au coeur du débat, puisque c’est à  lui qu’il revient de prévoir le moyen à privilégier pour éviter de conduire avec les facultés affaiblies. Dans ce contexte, l’intervention des pairs constitue donc un filet de sécurité pour celui qui n’a pas prévu le coup et qui n’est plus en état de prendre une décision éclairée.


Surveillance policière accrue
La surveillance intensive exercée par les policiers sur l’ensemble des routes du Québec, est à nouveau menée en partenariat avec la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Montréal, les Services de police municipaux et la Société de l’assurance automobile du Québec.


Effets des contrôles routiers
L’annonce des contrôles routiers rend les conducteurs plus enclins à modifier leur comportement et les incite à éviter de conduire avec les facultés affaiblies. Les effets positifs d’une interception au cours d’un contrôle routier continuent de se faire sentir même après cette opération. Un conducteur intercepté, qu’il soit en infraction ou non au moment de l’échange avec les policiers, conserve une impression durable face à cette interception. Répétée régulièrement, ce type d’opération arrive à produire un effet direct sur le comportement des conducteurs. Ceux qui demeurent insensibles et prennent tout de même le volant devront faire face aux mesures légales prévues.


Des chiffres éloquents
Depuis 1998, la concertation des services policiers dans cette opération semestrielle a permis d’intercepter plus de 1 099 789 conducteurs sur l’ensemble du territoire québécois. Rappelons que l’alcool au volant demeure l’une des premières causes d’accidents de la route au Québec. L’an dernier, 29 % des décès, 18 % des blessés graves et 5 % des blessés légers y étaient liés.

Durant tout le mois de mai, les policiers tiendront, de façon aléatoire, des opérations de contrôle routier dans toutes les régions du Québec. Qu’il s’agisse de conserver son permis ou d’éviter le pire à ses proches, lorsqu’on boit, on ne conduit pas! Qu’on se le tienne pour dit!

.
.
A  •  A+  •  A++   •Imprimer    •Envoyer à un ami  
.
Dernière modification : 2012-10-11